Action 1-5-1 : Engager la construction de l’écoquartier Du Mont-Valérien

ContexteOrient1

vue aerienne delimitation futur éco quartierLa ville de Rueil-Malmaison commence à s’intéresser au renouvellement du quartier du Mont-Valérien au début des années 2000. A l’époque, le site est encore occupé par les activités économiques. Quelques commerces et équipements sont présents à proximités, formant deux micros centralités, l’une structurée autour de la mairie annexe de quartier, l’autre autour du marché des Godardes. La commune voit dans ces deux polarités une opportunité de mieux structurer le quartier. Une étude de recomposition urbaine est réalisée sur ces deux sites, en concertation avec la population rueilloise et notamment les habitants du Mont-Valérien. Cette étude trouve sa traduction dans le PLU de 2005, sous la forme de secteurs de plan de masse USP8 et USP9. Cette volonté de créer un secteur de centralité à l’échelle de la ville, traité en deux sites, est par ailleurs confortée par l’ambition de faire de la rue des Bons Raisins, qui relie les deux polarités, un axe de circulation apaisé avec le projet d’accueil du mobilien 244 (projet abandonné par la suite par le STIF).
Par la suite, la libération annoncée de tènements fonciers importants (environ 2,3 ha pour le site de la DGA et environ 12 ha pour le Centre Technique de RENAULT (CTR)) offre une opportunité de reconquérir un morceau de ville aujourd’hui clos qui crée une coupure dans le quartier, et amène donc la commune de Rueil-Malmaison à penser le projet de manière plus globale.

Le projet global, par son positionnement et son rôle moteur dans le développement de Rueil-Malmaison, devra de fait proposer une programmation ambitieuse en termes de constructibilité et d’aménagement durable.

Son caractère de quartier de vie sera conforté par la présence d’habitations, de bureaux, de commerces et d’équipements publics. Au coeur de l’Arsenal, la place des villages, deviendra le centre de gravité des quartiers du Mont Valérien, des Côteaux et du Plateau, en proposant une intensité urbaine nouvelle mais maîtrisée.

Comment ça se passe :

Le projet initial prévoit la création d’un nouveau quartier de ville mixte. Une structure viaire orthogonale, dans la continuité du réseau existant, définit des ilots denses. Un axe nord/sud fort structure le nouveau quartier.

Deux espaces de vie sont créés, l’un lié à la gare, le long de la rue Galliéni, l’autre en
coeur de quartier, desservi par l’axe nord/sud et destiné à devenir la place du village.
L’implantation à l’alignement, qui est la règle sur l’ensemble du plan, permet de préserver des coeurs d’îlots verts. Un travail sur les liaisons entre les coeurs d’îlots permet de faire de ce nouveau quartier un quartier traversant.

Ce projet prend le parti de recomposer un nouveau quartier en ne conservant que très peu de bâtiments existants.

 

Objectifs et impacts :

– Préserver les paysages et l’environnement

– Mieux construire

– Conforter RUEIL-MALMAISON comme bassin d’emploi

– Mieux se déplacer

– Mieux vivre en améliorant la convivialité dans les quartiers