Action 1-4-1 : Inciter le commerce de proximité dans les quartiers

ContexteOrient1

commerce et marché bio by PMIl arrive que l’intérêt individuel soit contraire à celui général. Dans le cas de la cession/vente de commerces, cela se concrétise par la disparition de commerces de proximité tel que alimentaire (boucherie, boulangerie, etc) au profit d’activités de services (banque, téléphonie, assurance, etc) ou de grandes enseignes. On assiste à une homogénéisation de l’offre commerciale entre les différentes villes (on y retrouve les mêmes enseignes) et entraîne également une diminution de la diversité et parfois de la qualité.  Le député-maire, Monsieur Patrick Ollier, a été à l’initiative d’une loi qui a été adoptée le 2 août 2005. Celle-ci prévoit que les mairies pourront désormais préempter les fonds et baux commerciaux et ainsi limiter l’implantation anarchique de commerces sur leur territoire. Après la promulgation des décrets d’application, la Ville de Rueil-Malmaison a adopté plusieurs arrêtés municipaux délimitant les périmètres de préemption des fonds et baux commerciaux. Le commerce y est en zone protégée. A l’intérieur de ces zones, toute cession/vente doit être déclarée. La Ville a déjà procédé à 2 préemptions de commerce avant de les céder à nouveau pour des activités plus adaptées.

Comment ça se passe :

L’action consiste à favoriser et maintenir une offre commerciale de proximité dans les 14 zones commerciales de la Ville, en s’appuyant sur la loi de préemption des baux commerciaux et artisanaux.

 

 

863
commerces de proximités
350
commerces en Centre Ville

 

Objectifs et impacts :

– Favoriser les déplacements courts et doux (à pieds, vélos, transports en commun)

– Développer le tissu économique local

– Favoriser la cohésion sociale